COMMUNIQUÉ DE LA FÉDÉRATION FRANÇAISE DE CRÉMATION - 1er mars 2006


Destination des cendres, une liberté menacée ?


La Fédération Française de Crémation souhaite témoigner de la fébrilité ambiante qui agite le domaine funéraire en général et crématiste en particulier depuis le dépôt d'une proposition de loi du

Sénateur Jean Pierre SUEUR et l'ordonnance gouvernementale de juillet 2005, qui manifestement, s'opposent sur nombre de points. Si le projet de loi de ratification du texte du gouvernement a été déposé sur le bureau du Sénat, l'inscription à l'ordre du jour ne semble pas encore d'actualité.

Une commission sénatoriale, animée par les sénateurs Jean René LECERF et Jean Pierre SUEUR, consulte. Monsieur Brice HORTEFEUX, Ministre délégué aux collectivités locales aussi.

Notre mouvement a été reçu par les deux instances et a sollicité l'ensemble des groupes parlementaires des deux assemblées.

Dans ce contexte, la Fédération Française de Crémation forte de ses 168 associations en Métropole et dans les territoires d'Outre Mer a souhaité rappeler que la pierre angulaire de notre dispositif législatif est la loi de 1887 sur la liberté des funérailles qui permet à tout majeur ou mineur émancipé, en état de régler les conditions de ses funérailles notamment en ce qui concerne le caractère civil ou religieux à leur donner et le mode de sépulture, crémation ou inhumation.

C'est l'une des grandes lois sur les libertés publiques que consacre la laïcité de la République.

La Fédération Française de Crémation souhaite rappeler aussi son attachement à la liberté de disposer des cendres et au respect de la volonté du défunt ou de sa famille tout en faisant siens les principes de respect et de dignité au nom desquels elle a toujours mené son action.

Comme toute pratique récente qui a connu une évolution rapide, le temps, l'information, la formation et quelques précautions d'ordre réglementaire permettraient vraisemblablement de lisser les quelques situations problématiques qui ici et là peuvent émerger. La très large majorité des crémations, soit près de 25 pour cent des décès dans notre pays, se déroule dans des conditions normales, sans susciter le moindre problème.

La Fédération Française de Crémation souhaite aussi redire son opposition à l'ordonnance de juillet 2005 qui autorise la délégation de service public pour la création d'espaces cinéraires à l'extérieur des cimetières.

Cette ordonnance est en rupture avec la tradition laïque et républicaine du cimetière et risque d'enclencher à plus ou moins long terme une privatisation du cimetière communal.

Pour l'heure, elle ne manquera pas de permettre l'édification de deux types de sites cinéraires, en décalage avec les besoins réels de nos concitoyens et engendrera pour l'avenir des espaces cinéraires à deux vitesses.

Nombre d'élus sont d'ores et déjà conscients des enjeux et des dérives possibles. C'est ce que nous a confirmé le Président de l'Association des Maires de France qui a fait part de ses vives réserves.

La Fédération Française de Crémation invite ses responsables associatifs à prendre contact avec les élus localement, pour leur faire part de notre préoccupation et de notre vigilance pour défendre les intérêts de nos concitoyens attachés aux principes de Liberté, d'Egalité et de Dignité.

Maurice THORÉ


Paysage

POUR UNE PRATIQUE CREMATISTE RESPONSABLE

 

 

La mort est un domaine qui nous concerne tous.

Vous avez fait le choix de la crémation ?

Vous hésitez encore ?

Etes vous suffisamment informé ?


Cliquez ici