COMMUNIQUÉ DE PRESSE DU 25 AVRIL 2013

 

DEVIS OBSEQUES: UTILE RAPPEL A LA LOI !

 

La circulaire VALLS du 15 mars 2013 rappelle aux Préfets leur rôle de surveillance et de contrôle dans le secteur funéraire !

 

Elle concerne en l'occurrence l'obligation, pour les professionnels, d'utiliser le modèle de devis (fixé par l'arrêté du 23 août 2010) pour les prestations funéraires. Mais elle concerne aussi les communes, car ces modèles de devis doivent pouvoir être consultés en mairie. Cette obligation, à la charge des communes, reste très peu connue! Quel service d'Etat civil met en œuvre cet affichage et cette consultation? Pourtant, les communes ont un devoir d'information et de communication vis-à-vis de leurs administrés !

 

Quant aux opérateurs funéraires, ils ont l'obligation d'utiliser ces modèles de devis et doivent en déposer dans les mairies de leur choix, sous peine de suspension ou retrait de l'habilitation.

 

Pour la Fédération Française de Crémation, le rappel à la loi, que constitue cette récente circulaire, est plutôt une bonne chose... même si ce modèle de devis mériterait d'être clarifié car il n'est pas simple à comprendre et utiliser ! Il en va de la protection des familles, si vulnérables au moment du décès d'un proche qu'elles passent trop souvent commande, sans délai de réflexion, en signant immédiatement le devis qui leur est présenté par l'opérateur funéraire...

 

A moins que ces familles ne fassent appel au mouvement associatif, désintéressé financièrement, et en particulier en adhérant à la plus proche Association Crématiste, pour se renseigner et être conseillées, voire accompagnées, pour leurs démarches.

 

Jo LE LAMER Président

Frédérique PLAISANT Vice Présidente aux Affaires Juridiques

 

Consulter la circulaire du 15 mars 2013

COMMUNIQUÉ DE PRESSE TOUSSAINT 2012

 

CREMATION : RESPECT DES VOLONTES ET BESOIN DE RITES


En France, la progression spectaculaire du mode d'obsèques par crémation (32% des décès en 2011) ne manque pas d'interpeller et de bousculer la tradition de l'inhumation avec une cérémonie religieuse au préalable, longtemps considérée comme la seule « norme sociale ».

 

C'est sans aucun doute un nouveau rapport à la mort qui s'installe, notre pays se rapprochant ainsi des pays d'Europe du nord où la crémation est largement majoritaire (plus de 70%).

 

Les mentalités et les modes de vie ont changé, avec des familles de plus en plus éloignées géographiquement, voire éclatées et recomposées.

 

L'individu veut, de plus en plus, décider de son devenir après la mort et ne veut plus que celle-ci soit une charge pour ses proches. Il a la liberté de le faire...et ses volontés doivent être absolument respectées, ce qui n'est pas toujours bien compris ni admis par la famille, surtout quand elle n'en est pas informée auparavant.

 

C'est pourtant la loi ! La Fédération Française de Crémation tient à la rappeler :

« Tout majeur ou mineur émancipé, en état de tester, peut régler les conditions de ses funérailles, notamment en ce qui concerne le caractère civil ou religieux à leur donner, et le mode de sépulture » (article 3 de la loi du 15 novembre 1887.

A défaut, le Code Pénal (article 433-21-1) prévoit que « toute personne qui donne un caractère contraire à la volonté du défunt, et qui en a eu connaissance, sera punie d'une peine de 6 mois d'emprisonnement et de 7500 € d'amende ».


Force est de constater, dans l'évolution de la société, une relative distanciation avec le fait religieux.

 

Est-ce pour autant qu'il n'y a pas besoin d'une ritualisation, d'une cérémonie civile, d'un hommage personnalisé, dans un lieu adapté, afin d'aider et accompagner la famille et les amis dans l'acceptation de la séparation physique d'avec le défunt et du commencement de l'indispensable deuil cathartique ?

 

Certainement pas ! En cela, les obsèques avec crémation ne diffèrent pas de celles avec inhumation.

 

Cette nécessaire ritualisation est un défi important à relever, notamment par les professionnels du funéraire, qui se doivent aussi d'assurer les volontés de ceux qui souhaitent disparaître sans cérémonie, ni hommage. Les Associations Crématistes, pour leur part, peuvent aider dans la préparation, voire la conduite, de cérémonies personnalisées.

 

En ce qui concerne la crémation, elle instaure incontestablement un nouveau mode de relation au défunt : l'intériorisation du souvenir (« Le vrai tombeau des morts, c'est le cœur des vivants »).

 

Il n'est plus forcément besoin d'aller dans un cimetière, qui plus est à la Toussaint, pour penser à ses « chers disparus ». Un objet, une photo, un écrit, une odeur, une chanson suffisent ! Sur ce point aussi, les habitudes changent, la « tradition » se perd... Il suffit, pour s'en convaincre, de voir le triste état des tombes à l'abandon dans les cimetières.

 

Néanmoins, en cette période de Toussaint 2012, beaucoup de nos concitoyens vont rendre hommage à leurs défunts et, de fait, vont peut- être réfléchir à leur propre devenir et à leurs funérailles.

 

Pour ceux dont les proches ou eux-mêmes ont choisi la crémation, nous les incitons à participer aux « cérémonies du souvenir » qui sont organisées un peu partout en France, notamment dans les crématoriums, à l'initiative des gestionnaires, voire des collectivités locales, et avec la participation active des Associations Crématistes.

 

Dans une société en mutation, n'est-ce pas un bon moyen d'instaurer un nouveau repère rituel, symbolique, qui fait le lien entre la mort et la vie ?

 

« Car ce qui donne un sens à la vie, donne un sens à la mort » (Saint– Exupéry -«Terre des Hommes»)

 

Le Président de la FFC

Jo LE LAMER 

COMMUNIQUE DE PRESSE DU 15 mai 2012

OBLIGATION DE DIPLOMES POUR LES PROFESSIONS FUNERAIRES :

C'EST UNE BONNE CHOSE !

 

Les textes relatifs à l'obligation de diplôme national pour le secteur funéraire sont enfin publiés et seront en vigueur au 1er janvier 2013!

Ils concernent « les agents qui assurent leurs fonctions en contact direct avec les familles ou qui participent personnellement à la conclusion ou à l'exécution de l'une des prestations prévues du service extérieur des pompes funèbres ».

Y sont désormais soumis 3 métiers : le maître de cérémonie, le conseiller funéraire ou assimilé et le dirigeant d'entreprise de Pompes Funèbres.


Points Positifs :

  • Désormais, les seuls organismes de formation ne pourront plus délivrer une qualification professionnelle sans faire état des connaissances à des tiers.
  • La valorisation des professions concernées, grâce aux cours théoriques nécessaires, compte tenu d'une législation souvent modifiée.
  • Un meilleur accueil et des prestations « mieux ciblées» devraient être apportés aux familles, avec des personnels mieux formés (si toutefois, l'aspect commercial ne prime pas sur l'aspect humain !)
  • Une épreuve orale est prévue pour le contrôle des connaissances : cette précision a toute son importance compte tenu des professions concernées en contact direct avec la famille en deuil ! Cet argument a été développé par la FFC qui a pu faire part de ses remarques, argumentations et propositions constructives lors des travaux du CNOF!
  • Les jurys ne seront pas composés de responsables de sociétés de pompes funèbres, comme cela a été repris à travers un communiqué de presse diffusé par l'AFP. Ils seront composés de 3 personnes, à choisir sur la liste établie par le Préfet du département et qui pourra comprendre un représentant de la Chambre consulaire concernée (ce ne sera pas forcément une société de pompes funèbres, attention à ne pas confondre !)

 

Points Négatifs :

  • Il est regrettable que l'ensemble des métiers de la branche funéraire ne soit pas concerné car d'autres personnes sont en contact avec la famille ou les proches pour l'organisation et la mise en oeuvre des obsèques.
  • La FFC, dans son rôle bénévole, désintéressé et averti sur le domaine funéraire comme sur l'accueil des familles, a demandé à pouvoir figurer sur ces listes départementales par le biais des représentations locales. Cette requête n'a pas été retenue.
  • La Validation des Acquis de l'Expérience Professionnelle, malgré ses avantages est relativement trop souple s'agissant d'un domaine qui touche l'affectif. Ce n'est pas parce que l'on est dans la profession depuis longtemps que tout est bien réalisé et bien connu. Notre expérience sur le terrain et les témoignages démontrent régulièrement des interprétations volontaires ou non des textes. Un minimum de « mise à jour ou recyclage» aurait pu être proposé car rien ne vaut la formation tout au long de la vie !

 

Jo LE LAMER Frédérique PLAISANT

Président Vice Présidente aux Affaires Juridiques

COMMUNIQUE DE PRESSE DE L’UNION CREMATISTE EUROPEENNE

Les membres du CA de l'Union Crématiste Européenne
Les membres du CA de l'Union Crématiste Européenne


 

 

L’Association Grecque « Les Amis de la Crémation »,

La Fédération Française de Crémation,

La Fédération Italienne pour le Crémation,

La Société Belge pour la Crémation,

La Société Luxembourgeoise pour la Propagation de l’Incinération, FLAMMA,

co-fondatrices de l’Union Crématiste Européenne,

se sont réunies à Paris le 7 mai 2011.

 

Ce mouvement associatif, à but non lucratif, œuvre pour la Dignité des funérailles, la Liberté de choix de chacun, le Respect du défunt et de sa famille, la Promotion du service funéraire public.

 

  • Directive européenne : Les Européens ne sont pas égaux devant la Crémation. C’est pourquoi une proposition de directive européenne a été élaborée par l’UCE durant les années 2009 et 2010, puis a été présentée au deuxième colloque sur La Crémation et le Droit, et sera publiée fin 2011, avec l’Université de Nancy (CRDP-ISCRIMED) sous la présidence du Professeur Bruno PY.

  • Elle doit maintenant être présentée aux responsables européens.

  • Chaque association nationale prendra contact avec l’un ou l’autre de ses représentants au Parlement Européen.

  • Une procédure dite de « pétition » sera également mis en œuvre par la présidence de l’UCE.

 

  • Annuaire Crématiste Européen : Beaucoup de nos membres voyageant en Europe, il est apparu utile de mettre à leur disposition toutes les données nécessaires en vue d’une prise en charge optimale en cas d’éventuelle crémation. C’est pourquoi, chacun des pays membres ayant communiqué au Secrétariat de l’UCE toutes les coordonnées de son/ses associations, toutes les fédérations nationales tiendront d’ici peu à la disposition de ses membres les informations nécessaires.

 

  • Passeport Crématiste Européen : De même, et en complément, chacun de nos membres pourra, dans les mois qui viennent disposer d’une carte d’identité crématiste dont une phase sera la même dans tous les pays membres et la seconde face restant nationale.

 

  • Ouverture de l’UCE à d’autres pays européens : L’UCE, réseau de conseil, de soutien et d’assistance bénévole, réaffirme sa volonté de poursuivre son développement. C’est pourquoi des contacts se nouent, notamment vers les nouveaux membres de l’UE en provenance de l’est, mais aussi d’autres pays, pour que leurs associations crématistes nous rejoignent, pour autant qu’elles ne soient pas commerciales mais attachées aux principes de Dignité, de Respect et de Solidarité.

 

 

Le Président de l’Union Crématiste Européenne,

 

Jean-Paul PETIT.

Paysage

POUR UNE PRATIQUE CREMATISTE RESPONSABLE

 

 

La mort est un domaine qui nous concerne tous.

Vous avez fait le choix de la crémation ?

Vous hésitez encore ?

Etes vous suffisamment informé ?


Cliquez ici